Aux États-Unis, l'immobilier de bureau continue de souffrir

08/05/2024

Rédaction

Immoday

2 min

À Saint-Louis, un des centres économiques du pays, un immeuble de bureaux de 44 étages vient d'être vendu pour 3,3 millions de francs. Il valait 255 millions il y a 18 ans!

 

Si, dans son ensemble, l'immobilier se reprend aux États-Unis après deux années difficiles, les bureaux continuent de souffrir avec un télétravail qui certes se résorbe mais ne disparaît pas. Dernier exemple en date, le plus grand immeuble de bureaux de Saint-Louis, l'ancien One AT&T Center, 44 étages, 180 mètres de haut, environ 135 000 mètres carrés, suffisant pour accueillir, à l'époque, 4800 employés, vient d'être vendu pour 3,3 millions de francs. En 2006 cet immeuble avait été cédé pour 255 millions ! Une chute de plus de 98 % en 18 ans, et de 20% en deux ans !

À l'époque, le mètre carré valait plus de 1800 francs, il se brade aujourd’hui à 25 francs. Il est vrai que l'immeuble est vide depuis 2017, et que de précédents projets de réhabilitation n'ont pas abouti.
 

Même les centres des villes qui booment ont des difficultés


Et pourtant, Saint Louis n'est pas en crise. Au contraire, avec une zone urbaine de 2,8 millions d'habitants, cette ville du Michigan, au centre des États-Unis, abrite 7 des 500 plus grandes entreprises américaines et son économie se porte bien. Avec un taux de chômage de 5% et un PIB par habitant en hausse, dans la moyenne américaine (c'est-à-dire, en dollars, environ 20% inférieur à celui de la Suisse). 

Quant au building qui vient d'être vendu, c'est loin d'être une ruine. Construit il y a 36 ans, il est situé dans le cœur financier de la ville. Reste que, comme dans la plupart des grandes cités américaines, le taux de vacances des bureaux affiche une hausse vertigineuse. Selon les statistiques officielles il était, à son plus bas, d'un peu moins de 9% à la fin 2018 (en moyenne dans le pays), avant de grimper jusqu'à 16% aujourd'hui. Et presque 19% à Saint-Louis.
 

Rédaction - Immoday